Comment fontionne les Phéromone sur les Femmes ? Phéromone pour Femmes

Pheromone pour les femmes

La phéromone est une substance chimique qui est sécrétée et libérée par des humains ou des animaux dans l'environnement qui affecte le comportement de l'autre sexe. Ils sont ensuite détectés par le nez par l'aide de l'organe Vomeronasal. Il a des récepteurs qui sont extrêmement sensibles à toutes les phéromones qui persistent dans l'air. Phéromones pour femmes ont été développés avec succès dans des laboratoires scientifiques de confiance pour améliorer votre attrait pour les hommes. Si vous souhaitez attirer le sexe opposé et vous assurer que les hommes témoignent de la même affection pour vous, il existe des parfums aux phéromones et des produits pour pulvérisation en aérosol qui produisent des résultats impressionnants.

Parfum de phéromone pour femmes

Comment fonctionne la phéromone pour son travail?

Les organes voméronasaux sont les récepteurs du nez responsables de la détection des phéromones. Une fois détecté, il passe par le nez pour stimuler l'hypothalamus présent dans le cerveau. Cette partie du cerveau qui produit des émotions et des réponses émotionnelles. Ces signaux provoquent une réponse sexuelle interne, une excitation ou un désir sexuel.

Les influences du olfactif sur le choix du partenaire humain

La région la plus polymorphe du génome est l'antigène des leucocytes humains (HLA). Il aide à coder pour les protéines qui intercèdent la réponse immunitaire humaine. Équilibrer la sélection peut aider à maintenir le polymorphisme et certaines populations indiquent les écarts par rapport aux fréquences prévues des gènes. Selon les études sur les préférences olfactives, ils ont soutenu cette hypothèse, suggérant que les femmes ont tendance à préférer l’odeur des hommes porteurs du variant HLA au leur.

Il existe des implications pour la théorie de la préférence de type conduite par l'antigène du leucocyte humain, car les molécules d'androstenone inhibent le système immunitaire. Dans ce article, nous allons examiner les résultats de l’étude sur la préférence olfactive chez l’homme. Un mécanisme visant à maintenir le polymorphisme des modèles liés à des agents pathogènes et non pathogènes a été proposé.

Mate Choice chez l'antigène leucocytaire humain (HLA)

Des études réalisées chez l'homme et chez l'animal ont toutes deux confirmé le choix discriminant du partenaire basé sur l'haplotype du complexe majeur d'histocompatibilité (MHC). Les haplotypes les plus souhaitables du CMH se sont avérés non concluants. Les populations semi-libres d'hommes-forets ayant une faible migration ont détecté un fort accouplement désassortif qui se traduit par une parenté négative qui est un coefficient entre les partenaires. La préférence individuelle des femmes et l’effet de dissuasion de la HLA doivent être pris en considération, car ils dépendent du contexte et sont susceptibles de varier dans le temps.

L'haplotype le plus souhaitable

Alleles montre la co-domination dans le HLA. Il existe un effet que les hétérozygotes ont la capacité de répondre à une vaste gamme d'antigènes non auto-pathogènes. C'est parce qu'ils peuvent se lier et utiliser le double des peptides étrangers par rapport aux homozygotes. La membrane de la surface cellulaire reçoit des fragments de cellules pathogènes à partir des molécules HLA. Un plus grand pourcentage de ces molécules confère une plus grande résistance aux agents pathogènes. Une proposition a donc été faite que la sélection naturelle favoriserait les hétérozygotes. Selon l'hypothèse de la reine rouge, on peut supposer que de nouvelles combinaisons de gènes sont nécessaires dans chaque génération pour contrer actuellement le parasite dominant.

L'expression des gènes HLA peut également avoir des contraintes physiques. Il existe une relation inverse entre la collection de cellules T et la diversité du CMH. Si un individu a les molécules nécessaires du MHC nécessaires pour contrer tous les agents pathogènes potentiels, il est très probable qu'ils n'ont plus de cellules T pour donner la réponse. Ceci est dû aux cellules T auto-réactives. Il existe également des suggestions selon lesquelles les femmes cherchent à se mêler à des individus dont les gènes se complètent le mieux.

Toutefois, il y aura certaines exigences pour le faire au niveau de l'HLA. Ceci comprend;

  • Il existe une grande disparité dans les gènes de résistance de la population
  • Les femmes connaissent leurs gènes immunitaires individuels
  • Ils devraient prendre des décisions en fonction des pressions fluctuantes
  • Ils ont la capacité de déterminer le génotype immunitaire de leurs partenaires potentiels

La plupart des études ont montré que l'hétérozygotie maximale n'est pas souvent séduisante car la résistance peut être récessive. Au lieu de cela, les valeurs intermédiaires des correspondances alléliques tendent à conférer la meilleure forme physique. Plutôt que de choisir les partenaires maximalement hétérozygotes, les femmes optent pour les partenaires optimaux. Un autre argument a avancé une hypothèse alternative selon laquelle les agents pathogènes développeraient des mécanismes pour échapper à l'immunité conférée par les génotypes HLA typiques. L'hétérozygotie constitue le domaine de résistance le plus étendu et les individus homozygotes ont une résistance supérieure à certaines maladies infectieuses.

Effet de parfum olfactif

Réponses HFA Olfactives

De tous les êtres, les humains sont connus pour avoir les glandes sébacées et apocrines les plus parfumées. Selon les études, il a été suggéré que l'agrégation de la glande apocrine axillaire est un organe parfumé. Il y a une plus grande chance que les camarades soient toujours choisis par l'odeur en ce qui concerne la fonctionnalité immunitaire. En outre, les humains ont la capacité de discriminer les camarades potentiels en fonction des odeurs dérivées de HLA.

Il existe un certain critère utilisé pour que l'odeur du corps soit qualifié de signal efficace. Ils doivent être dignes de confiance dans le cas de l'HLA et de l'odeur corporelle. Ce devrait être un indicateur idéal de l'immunocompétence. Un autre élément est que plusieurs individus doivent produire différentes odeurs uniques. L'odeur du corps a une grande composante génétique comme le suggèrent les études jumelles. Le MHC est connu pour produire des odeurs corporelles qui sont individuellement uniques. Le système olfactif s'est également avéré être sensible aux pictogrammes d'un odorant malgré le fait que les humains ont longtemps été considérés comme microsmatiques.

Autres études sur les préférences olfactives

Le concept d'odeur en tant que trait sexuel secondaire a été étudié pour la première fois par Wedekind et al. Furi et Wedekind ont ensuite répliqué les résultats malgré le fait que leurs résultats initiaux avaient été critiqués. Pour répondre à quelques préoccupations, ils ont dû modifier le plan expérimental. Il a été transmis de génération en génération, chacune d’elles présentant différentes versions de l’étude. D'autres études ont indiqué que le degré de partage des allèles HLA peut influer sur le comportement d'une relation. Garver-Apgar et al. Ont constaté que les femmes qui ont des partenaires HLA similaires sont susceptibles de se livrer à l'infidélité et que leurs partenaires peuvent être sexuellement peu attrayants.

Robert CS et J.Little ont également découvert qu'il existait certaines différences dans les préférences en matière d'odeur associées aux HLA entre les femmes mariées et les femmes célibataires. Contrairement aux femmes célibataires, les femmes mariées ont constaté que le parfum des hommes HLA dissemblables était plus attrayant. Ces résultats ont ensuite été interprétés comme une preuve que les femmes recherchent certains attributs chez des partenaires avec des paires supplémentaires. C'est comme un moyen d'accroître l'hétérozygotie de leur progéniture.

Les résultats obtenus selon cette étude coïncident avec l'hypothèse selon laquelle les humains ont tendance à évaluer le niveau HLA en fonction de leurs partenaires. Ils recherchent également un partenaire qui a des gènes HLA qui sont complémentaires à eux-mêmes. Étant donné que toutes ces études ont des résultats variés, il pourrait être tôt pour prendre la décision finale sur l'haplotype HLA le plus souhaitable. La différence subtile dans le reste de l'hypothèse rend difficile de démêler les écarts de résultats.

Les signaux sexuels de l'immunocompétence - Androstenes

D'autres théories suggèrent des indicateurs d'immunocompétence tels que les androstènes, l'androsténone et l'androsténol. Ce sont aussi des hormones sexuelles dont la structure est similaire à la testostérone. L'androsténone produit une odeur semblable à celle du musc, tandis que l'androsténone libère l'odeur caractéristique de la sueur. Une grande partie de la sueur humaine est formée par les Androstènes. Les hommes ont tendance à avoir un effet inhibiteur sur leur système immunitaire et à produire plus d'Androstènes que les femmes. Par conséquent, on pense que les androstènes sont le signe honnête de la qualité du partenaire.

Les hommes qui se trouvaient être immunoincompetents ou malades n'étaient pas capables de feindre un tel signal sans rencontrer de risques. Les phéromones ont la capacité de produire à la fois des changements de comportement à court terme et à long terme. La synchrone menstruelle est libérée par les odeurs féminines alors que les odeurs masculines ont un effet réglementaire sur le cycle menstruel. Ceci est connu pour être l'effet Whitten. On a également constaté que les hommes et les femmes évaluent les stimuli plus favorables en présence d'androsténol. Les visages des hommes ont été considérés comme les plus attrayants lorsque les femmes mettent des masques imprégnés d'androstérone. Les systèmes immunitaires les plus adaptés devraient être plus attrayants si l'attrait d'un partenaire potentiel a été lié à la production d'androstène. Ils ont la capacité de produire des composés dérivés de l'androstène.

Cependant, cela semble interdire l’hypothèse selon laquelle les femmes choisissent des partenaires qui ont des haplotypes HLA qui sont complémentaires des types à leurs propres. Il n'y a aucune garantie d'immunocompétence avec la dissimilarité HLA. Ceux qui conservent une quantité d'hétérozygotie intermédiaire ou qui sont hétérozygotes peuvent satisfaire à cette contrainte de manière concevable.

Compte tenu de la capacité des hommes à produire des niveaux accrus d'androstènes, ils seraient considérés comme plus attrayants ayant des défenses immunitaires efficaces. Les préférences féminines sont réparties entre les hommes qui sont plus immunocompétents. C'est parce que les femmes ont cherché différents génotypes HLA qui sont complémentaires en ce qui concerne les leurs. Les indices olfactifs jouent donc un rôle essentiel dans la préférence des partenaires. Il est nécessaire d'effectuer les études évaluant à la fois les haplotypes HLA et les niveaux d'andostérone. Il précise si elles agissent en tandem ou l'un des mécanismes est dominant.

Sources : UCL Anthropologie; 2UCL Institute of Neuroscience cognitive.